L’administration, la galère des infirmières libérales

July 11, 2020

Les débuts d’une infirmière à domicile commencent toujours par de la paperasse, et oui ça donne envie ! Alors par où commencer ?

Je vais partager avec vous mon expérience de l’administration française, vaste programme…

A la recherche d’un cabinet

La législation… Bonne chance pour comprendre ces histoires, on est infirmière pas juriste !

Mais bon, on comprend qu’il faut un cabinet accessible aux handicapés, avec un point d’eau et la possibilité de stocker nos DASRI dans les règles d’hygiène. Simple comme ça, une vraie galère dans la réalité.

Nous découvrons que les locaux commerciaux sont hors de prix, qu’ils ont des baux différents de ceux des particuliers. La règles des 3, 6, 9, qui signifie que vous ne pouvez mettre fin à votre bail que tous les 3 ans, tant pis si vous voulez stopper votre activité avant… Nouvelle angoisse !

On trouve enfin un local qui convient, on tente notre chance, on demande un bail avec résiliation après 1 mois, le proprio accepte. Qui ne tente rien n’a rien ! Alors tentez !!!

Des kinés nous ont proposé de partager leurs locaux mais sans véritable local, nous n’avons pas tenté même si c’était moins cher.

L’Ordre Infirmier

Pour s’installer, il faut être inscrit à l’Ordre Infirmier. Pour cela vous devez remplir un dossier, toutes les infos sont disponibles sur leur site. Léger problème, vous devez être inscrit à l’ARS pour s’inscrire à l’Ordre Infirmier, pour être inscrit à l’ARS vous devez être inscrit à l’Ordre Infirmier… Bref le serpent qui se mord la queue. C’est votre premier contact avec l’administration !

J’ai envoyé mon dossier incomplet à l’Ordre accompagné de mon petit chèque, c’est passé !

L’ARS (Agence Régionale de Santé) :

C’est par là qu’il faut commencer ! A condition que vous ayiez déjà un local professionnel car votre adresse professionnelle vous permettra de s’inscrire.

Tout d’abord laquelle ??? Et oui ça a l’air évident comme ça mais pas toujours dans la réalité, déjà en région parisienne chaque département a sa propre ARS. Ensuite 2 cas de figures si vous êtes remplaçante ou si vous êtes collaborateur(trice).

Si vous êtes remplaçant(e) c’est l’ARS dont dépend votre adresse personnelle.

Si vous êtes collaborateur(trice) ou associé(e) c’est l’ARS dont dépend l’adresse de votre cabinet.

Ensuite chaque ARS a son mode de fonctionnement pour certaine il faut prendre RDV, pour d’autres vous aurez des créneaux d’ouverture. Renseignez-vous avant car l’aller-retour peut être long.

Les papiers nécessaires sont de mémoire :

  • Diplôme d’Etat
  • Justificatif de domicile (cabinet ou adresse personnelle)
  • Cerfa à remplir sur place
  • Attestation d’inscription à l’Ordre Infirmier

Ensuite l’ARS vous donne un exemplaire de votre inscription et vous génère un nouveau numéro adeli qui sera directement transmis à la CPAM de votre secteur.

La CPAM

Celle-ci vous contacte pour un RDV dans ses locaux, dans un délai plus ou moins long. Lors de ce RDV, elle vous donnera quelques clés pour commencer votre activité. Rien de transcendant si vous vous êtes déjà renseigné un minimum.

En gros vous apprenez que vos premières factures seront sérieusement étudiées, et très souvent rejetées… Ce petit test dure 2 mois et se conclut par un autre RDV explicatif à votre cabinet cette fois. Est-ce que c’est l’occasion de vérifier son existence et le respect des normes ? Excellente question ! Officiellement non, officieusement gros doute !

Mais sinon, la CPAM vous permet surtout d’obtenir votre carte CPS (Carte Professionnelle de Santé), sans elle, impossible de facturer. Vous recevrez également quelques semaines plus tard vos feuilles de soins papier.

Et vous voilà enfin paré pour commencer votre activité !

A bientôt